L’importance de l’Asie orientale

L’importance de l’Asie orientale

25 mars 2020 | Christiane Haid

Du 15 au 17 février, une rencontre au Goetheanum a montré l’importance de l’Asie orientale pour la culture contemporaine.


L’idée de la rencontre est née en novembre 2018 d’un colloque réunissant au Goetheanum des contributeurs de Chine, du Japon et de Taïwan dans le but d’approfondir les bases spirituelles de la culture de l’Asie orientale. Cette année, le projet consista surtout à étudier son ancrage dans l’antique culture atlantéenne, le cheminement de Manou vers l’est et le développement des cultures postatlantéennes. Dans cette évolution historique et spirituelle apparut un basculement menant d’une forme de conscience vivant dans son entourage à l’incarnation du Je à travers le mystère du Golgotha. L’actuelle culture de l’Asie centrale présente aujourd’hui encore des restes de cette qualité de conscience, des façons d’accéder au monde très différentes qu’il faut reconnaître et considérer dans leur spécificité.

S’y opposa l’abîme entre microcosme et macrocosme dans la conscience occidentale, phénomène présent également au plan constitutionnel dans la séparation entre perception du monde et concept au sein du processus de connaissance. Prendre conscience du processus du penser et travailler à se forger une nouvelle moralité grâce par exemple à la Méditation de la Rose-Croix permet de surmonter la séparation entre ordre de la nature et ordre moral à travers l’émergence d’une unité créée à partir du Je.

Il fut aussi proposé de vivre les différents systèmes tonals et la diversité des cultures musicales, ce que firent remarquablement apparaître les moments d’eurythmie offerts par les membres orientaux et occidentaux de la troupe du Goetheanum.