Peter Bridgmont, in memoriam

Peter Bridgmont, in memoriam

29 août 2019 | Luz Altamira

Peter Bridgmont est décédé dans les premières heures du 24 juin. Il était, comme son épouse Barbara Brown, professeur d’art de la parole et d’art dramatique à la Chrysalis Theatre Acting School de Londres.


Né en janvier 1929 en Grande-Bretagne, il fréquenta l’école Steiner-Waldorf de Wynstones avant des études d’art dramatique à la Guidhall School of Music and Drama de Londres. Ses activités artistiques et théâtrales commencèrent à Londres, dans le West End. Il collabora avec Richard Attenborough à la pièce The Mousetrap. C’est au Boundaries Theatre, alors sous la direction de Joan Littlewoods, qu’il fit connaissance de Barbara, sa future épouse. Tous deux entreprirent des études théâtrales et une formation en art de la parole auprès de la London School of Speech Formation and Dramatic Art. Ils eurent trois enfants : Richard, Andrew et Nicolas.

Têtu et charismatique

Têtu, enthousiaste, charismatique, sans cesse engagé dans des projets, Peter Bridgmont avait aussi un brillant sens de l’humour. Son génie, son grand talent et sa compréhension concrète de la force de métamorphose inhérente au théâtre et au verbe librement proféré l’amenèrent à fonder avec son épouse, sur la base de l’anthroposophie de Rudolf Steiner et de l’art de la parole, sa propre école. Ils y firent place aux impulsions avant-gardistes du scénographe britannique Gordon Craig et du danseur Rudolf Laban.

Peter et Barbara Bridgmont enseignèrent l’art de la parole aux comédiens de la Shakespeare Globe Theatre Company de Londres et à son directeur Mark Rylance, oscarisé en 2017 pour The Bridge of Spies.

La renommée internationale de Peter Bridgmont est née de ses spectacles, de ses nombreux enregistrements audio sur des thèmes anthroposophiques et artistiques ainsi que des séminaires menés au Goetheanum, en Europe et aux États-Unis.

Son héritage est condensé dans ses ouvrages : Liberation of the Actor (Libération de l’acteur, traduit en plusieurs langues), The Spear Thrower (Le Lanceur de javelot, travail d’art dramatique à partir d’exercices nés de l’image du lancer de javelot) et Liberation of Acting (Libération de l’art dramatique). Il vit également dans les souvenirs reconnaissants d’un grand nombre de ses élèves du monde entier.

En lien aussi avec l’Espagne

Peter Bridgmont soutenait le studio La Crisálida, première école d’art de la parole en Espagne, que fondèrent ses élèves Luz Altamira et Álvaro Ramos, comédiens et artistes de la parole, ainsi que Pilar Altamira, comédienne et conférencière, auteure et membre de la société anthroposophique en Espagne. Ce lieu accueillit aussi des séminaires et des conférences que Peter Bridgmont proposa régulièrement entre 1997 et 2003.