Une agriculture du vivant

Une agriculture du vivant

22 septembre 2021 Jean-Michel Florin 1570 vues

Du 30 août au 2 septembre, le deuxième congrès international de recherche en biodynamie a présenté les conditions d’une agriculture du vivant.


Certains médias affirment que l’agriculture biodynamique donne de bons produits mais que ses principes constituent une entourloupe. Elle ne serait pas scientifique et les effets de ses méthodes et préparations ne seraient pas prouvées. Cela alors même que des recherches ont été menées dès ses débuts en 1924 ! Dès le départ, son fondateur Rudolf Steiner préconisa des essais pratiques dans les fermes et encouragea les participants de son Cours d’agriculture (GA 327) à développer et à confirmer activement les méthodes dans la pratique.

Au niveau international, la communauté des chercheurs en biodynamie s’intéresse de plus en plus à un renforcement des échanges et à la création d’un réseau. Le premier pas a été franchi en septembre 2018 avec la première conférence internationale sur la recherche en biodynamie (Anthroposophie aujourd’hui, n° 10, 2018). En raison de la résonance positive, la section d’agriculture a décidé d’organiser régulièrement, tous les trois ans, des congrès de recherche dans différents pays.

Le deuxième congrès organisé au Royaume-Uni à la Royal Agricultural University a donc rassemblé un cercle plus large de partenaires : universités de Coventry (Royaume-Uni), Stellenbosch (Afrique du Sud), Pondichéry (Inde) et Kassel (Allemagne), Association biodynamique du Royaume-Uni et des États-Unis, Forschungsring (Allemagne), Institut de recherche en agriculture biologique (Suisse), section des sciences de la nature et Fédération biodynamique Demeter International.

Après une longue planification, la conférence n’a finalement pu se faire qu’en ligne en raison de la situation mondiale. Ainsi, plus de 170 participants de 34 pays sur tous les continents ont pu prendre part à plus de 60 contributions sous forme de présentations, de groupes de travail, de panneaux présentant des résultats de recherche, etc.

Augmentation des événements climatiques extrêmes

Il a été confirmé que les enjeux de l’agriculture ont énormément augmenté : changement climatique, perte de biodiversité, destruction des écosystèmes, nouvelles épidémies, etc. Il est de plus en plus difficile de s’adapter aux rythmes de la nature. Un été très chaud est suivi d’une année froide et humide accompagnée d’orages. Les événements climatiques extrêmes sont devenus beaucoup plus fréquents.

Les organisateurs du congrès ont choisi le thème « Au-delà de la résilience » pour explorer ensemble les conditions d’une agriculture du vivant comme la biodynamie. Un large éventail de sujets et de perspectives a été abordé : de l’effet exact des préparations biodynamiques sur le sol à l’activité des micro-organismes en passant par l’application de compétences intuitives en agriculture et l’effet du lait cru sur la santé.

Le renforcement de la mise en réseau et de la communication entre chercheurs est une condition préalable pour préparer la recherche de demain. Dans le même temps, les relations publiques et le travail interdisciplinaire, par exemple entre agriculture, médecine et éducation, devraient également être développés et étendus. Il n’y a pas d’individus sains sans un sol sain !


Web Section d’agriculture